Le SEES-UQO se retire du Comité consultatif pour une communauté exempte de harcèlement, de violence et d’agression à caractère sexuel

Par défaut

Le SEES-UQO s’est officiellement retiré du Comité consultatif pour une communauté exempte de harcèlement, de violence et d’agression à caractère sexuel en début de semaine. Cette annonce fait suite à un mandat d’assemblée générale pris le 1er novembre 2017. Pour en connaître les raisons, veuillez prendre connaissance de la lettre que nous avons envoyée à la vice-rectrice à l’enseignement et à la recherche, Sylvie de Grosbois.

_________________________________________________________________________________________

Le 11 décembre 2017

Madame Sylvie B. de Grosbois

Vice-rectrice à l’enseignement et à la recherche Université du Québec en Outaouais

OBJET : Participation du SEES-UQO au Comité consultatif pour une communauté exempte de harcèlement, de violence et d’agression à caractère sexuel

Madame,

Le Syndicat des étudiants et des étudiantes salarié.e.s de l’UQO (SEES-UQO) vous écrit pour vous faire part de ses préoccupations quant au Comité consultatif pour une communauté universitaire exempte de harcèlement, de violence et d’agression à caractère sexuel.

 

D’abord, nous constatons que la composition du comité crée une injustice sur le plan de la représentation des divers groupes de la communauté universitaire. En effet, plusieurs groupes de la communauté universitaire n’ont pas pu choisir leurs représentants à ce comité et, de ce fait, sont exclus de la solution en matière de prévention des violences sexuelles en milieu universitaire. Or, les groupes exclus sont parmi les groupes les plus vulnérables en matière de violences sexuelles, le personnel de soutien et les professionnels. Nous-mêmes avons de justesse réussi à faire valoir notre droit de nommer nos représentants au comité à la suite de plusieurs démarches et rencontres. Il est de notre avis que les membres des syndicats du personnel de soutien et du groupe des professionnels devraient également pouvoir nommer leurs représentants qui leur rendraient compte des travaux du comité. Les syndicats sont une partie intégrante de la solution en matière de prévention des violences sexuelles de par leur rôle de représentation de leurs membres. Ils devraient donc être inclus au comité.

 

Il nous apparaît par ailleurs que tous les membres du comité ne sont pas traités équitablement. En effet, nous déplorons le fait que les étudiants membres du comité sont les seuls participants qui ne sont pas rémunérés, directement ou indirectement, pour leur participation. Nous déplorons également le traitement qu’ont reçu nos représentantes aux mains du comité de coordination lorsqu’elles ont rapporté leur malaise par rapport à ces inégalités. Les étudiantes salariées et les étudiantes sont les plus vulnérables face aux violences sexuelles et leur contribution nous semble donc tout aussi essentielle et méritante de compensation que celle des autres membres du comité.

 

La composition du comité place aussi nos membres dans une situation délicate par rapport aux rapports hiérarchiques. En effet, nos représentantes au comité sont appelées à entrer en désaccord avec des membres de la haute administration et du corps professoral qui pourraient facilement nuire à leur cheminement académique et à leur situation d’emploi. Certaines de nos représentantes nous ont exprimé des inquiétudes quant à de possibles représailles suite à leur prise de parole au comité. Or, ces relations de pouvoir ne sont jamais discutées au comité et aucune mesure n’y est prise pour assurer à toutes et à tous que les discussions du comité ne pourront pas avoir de conséquences sur leur cheminement ou leur carrière.

 

Par ailleurs, l’absence totale de position féministe et intersectionnelle au sein du comité nous semble absolument incompréhensible puisque les violences sexuelles en milieu universitaire sont des violences principalement faites aux femmes et que seul le milieu de la recherche féministe s’y est intéressé.  Cette absence notable jumelée aux enjeux ci-haut mentionnés nous mène à la conclusion que la nature et le fonctionnement du comité ne sont pas favorables à la prévention des violences sexuelles en milieu universitaire.

 

Finalement, nous soulignons que le manque de transparence du processus de consultation et de prise de décisions nuit au travail de représentation des personnes élues par les membres de leur groupe respectif. En effet, les membres du comité sont tenus de garder les discussions du comité et sa composition confidentielles. Cette confidentialité nous apparaît contraire à l’objectif de mettre en place des changements au sein de l’ensemble de la communauté universitaire. Une poignée d’individus ne pourront jamais éliminer au terme de quelques rencontres secrètes les violences sexuelles en milieu universitaire.

 

Nous sommes d’avis que continuer notre participation à ce comité équivaut à en cautionner le fonctionnement et les dérives ce qui nous rend, nous et nos membres mal à l’aise. Pour toutes ces raisons, notre assemblée générale a voté le 1er novembre dernier à l’unanimité en faveur du retrait du Syndicat des étudiants et des étudiantes salarié.e.s de l’UQO et de ses représentantes. Ainsi, nos membres ont exprimé leur inquiétude quant à la direction prise par le comité, l’expérience des étudiantes salariées au comité et tous les autres enjeux soulevés dans cette lettre. Nous retirons conséquemment notre participation au Comité consultatif pour une communauté exempte de harcèlement, de violence et d’agression à caractère sexuel.

 

Le SEES-UQO réitère tout de même son support aux groupes de la communauté universitaire qui travaillent concrètement en vue de la prévention des violences sexuelles en milieu universitaire et son engagement pour des campus exempts de violences sexuelles. Dans la mesure où le mode de composition du Comité et les processus de consultation et de prise de décision seraient revus, nous serons heureux de reconsidérer notre position.

 

Cordialement,

Comité exécutif du SEES-UQO

Publicités

Reprise de l’Assemblée générale annuelle

Par défaut

Le Syndicat des étudiants et étudiantes salarié-es de l’UQO vous invite à la reprise de l’assemblée générale annuelle le mercredi 29 octobre dès 11 h 30 au pavillon Taché dans le local E-0230 pour prendre part à votre assemblée générale annuelle. En plus de bonnes discussions sur des sujets qui nous touchent, vous aurez droit à un diner pizza avec de la liqueur. Ce sera l’occasion d’élire votre nouvel exécutif et votre équipe de négos pour la négociation qui vient. Veuillez noter qu’il y aura quorum moral.

Voici l’ordre du jour proposé par l’exécutif :

Ordre du Jour

  1. Ouverture de l’assemblée
  2. Présidence et secrétariat
  3. Lecture et adoption de l’ordre du jour
  4. Adoption des PV
  5. Bilan du comité exécutif
  6. Budget 2013-2014
  7. Élection du comité exécutif: Délégué, Trésorerie, Vice-présidence et Présidence
  8. Élection du comité de négociation (3 postes)
  9. Point coupure et budget UQO
  10. Contact des comités avec les membres du syndicat
  11. Problème avec les contrats
  12. Priorité de la prochaine négociation collective
  13. Mobilisation en vue des négociations
  14. Varia

Vous pouvez en tout temps proposer d’autre point à l’ordre du jour en nous le faisant parvenir par courriel.

Assemblée générale annuelle 2013-2014

Par défaut

Le Syndicat des étudiants et étudiantes salarié-es de l’UQO vous invite le vendredi 24 octobre dès 11 h 30 au pavillon Taché dans le local E-0231 pour prendre part à votre assemblée générale annuelle. En plus de bonnes discussions sur des sujets qui nous touchent, vous aurez droit à un diner pizza avec de la liqueur. Ce sera l’occasion d’élire votre nouvel exécutif et votre équipe de négos pour la négociation qui vient. Voici l’ordre du jour proposé par l’exécutif :

Ordre du Jour

  1. Ouverture de l’assemblée
  2. Présidence et secrétariat
  3. Lecture et adoption de l’ordre du jour
  4. Adoption des PV
  5. Bilan du comité exécutif
  6. Budget 2013-2014
  7. Élection du comité exécutif: Délégué, Trésorerie, Vice-présidence et Présidence
  8. Élection du comité de négociation (3 postes)
  9. Point coupure et budget UQO
  10. Contact des comités avec les membres du syndicat
  11. Problème avec les contrats
  12. Priorité de la prochaine négociation collective
  13. Mobilisation en vue des négociations
  14. Varia

Vous pouvez en tout temps proposer d’autre point à l’ordre du jour en nous le faisant parvenir par courriel.